Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) demande au gouvernement d’améliorer le soutien aux organismes communautaires!

À quelques jours du dépôt du budget, le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) demande au gouvernement Marois de combler le manque à gagner annuel de 225 millions$ dans les organismes communautaires en santé et services sociaux, et de mettre sur pied un véritable programme national dédié au financement à la mission de ces organismes, afin de pallier aux iniquités entre les régions et les secteurs d’intervention.

Les CALACS comptent parmi les 3000 organismes communautaires en santé et services sociaux du Québec. Deux millions de citoyennes et citoyens, en particulier des personnes en situation de précarité, d’isolement ou de fragilité, se retrouvent dans ces organismes, ce qui représente une contribution essentielle à la société québécoise. Aucune somme n’a pourtant été investie dans leur financement à la mission depuis 2008.

Au Québec, les CALACS représentent les seules ressources qui tentent de répondre spécifiquement aux besoins des femmes et des adolescentes victimes d’agressions à caractère sexuel. Les conséquences de la violence sexuelle sont graves et sont souvent portées par les victimes depuis leur plus jeune âge. « Les trois quarts des femmes et adolescentes que nous rencontrons dans nos centres sont des survivantes d’agression sexuelle dans l’enfance ou l’adolescence. L’intervention des CALACS avec ces femmes permet de les aider à reprendre du pouvoir sur leur vie, de pallier aux difficiles conséquences de la violence, et sans doute de prévenir des problèmes plus importants, tels que la toxicomanie et la dépression » estime Karine Tremblay, porte-parole du Regroupement québécois des CALACS.

Le volet prévention et sensibilisation des CALACS rejoint des milliers de personnes chaque année. En 2010-2011, près de 30 000 personnes ont été sensibilisées, dont 26 000 jeunes du milieu scolaire. Enfin, dans le cadre de leur volet lutte et défense collective de droits, les CALACS ont mobilisé de nombreuses personnes, entre autres à l’occasion de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes, qui a lieu chaque année en septembre.

En général, l’action préventive et la solidarité sociale mises de l’avant par les organismes communautaires en santé et services sociaux font économiser à la société les frais engendrés par plusieurs problèmes de santé et problèmes sociaux. « Il ne s’agit pas seulement d’argent, mais de reconnaissance de l’important travail des organismes communautaires en santé et services sociaux. Le gouvernement doit assurer la consolidation et le développement de l’action communautaire autonome par un financement à la mission qui répond aux besoins réels des organismes » de conclure Karine Tremblay.

Le Regroupement québécois des CALACS participe à la campagne Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire, en faveur d’un meilleur Programme de soutien aux organismes communautaires, menée conjointement par la Table de regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles et la Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires.

Une initiative conjointe de

financementocasss@gmail.com

Facebook : JeSoutiensLeCommunautaire

Twitter: @OCASSS

CTROC 581-358-1009  • Table 514-844-1309 • Télécopieur 514-844-2498

Adresse postale: 12-2 de la Cathédrale, Gaspé, QC G4X 1N8

Autres coordonnées